Il existe de nombreux moyens de lutte mécaniques contre les ravageurs et les maladies utilisables dans les jardins, moyens qui furent souvent très utilisés jadis et sont, pour cette raison, considérés comme « dépassés ». Ils exigent souvent d’avantage de travail, mais présentent le gros avantage de ne pas laisser de résidus.

Ce sont des moyens qui empêchent les parasites de venir sur les plantes ou qui les tuent mécaniquement. On peut se les procurer, pour la plupart, dans les boutiques en ligne.

 

Grillage et clôture contre le gibier

Un grillage entourant complètement le jardin le protégera contre les lièvres et le gros gibier. Dans les régions concernées (à proximité des forêts), le grillage doit avoir au moins 1,5 m de hauteur et d’avantage dans les zones fortement enneigées.

 

Pièges à mulots et campagnols

L’utilisation de pièges pour capturer les mulots et les campagnols est une vieille méthode qui a fait ses preuves lorsqu’on sait l’utiliser. Il existe de nombreux modèles dans le commerce. Il est souhaitable de se faire conseiller par un praticien.

 

Filets et bandes contre les oiseaux

Des bandes d’aluminium, des bandes plastiques colorées et des filets sont efficaces pour protéger les arbustes à baies, les cerisiers et les cultures précoces (par exemple les pois) contre les oiseaux. Mais les oiseaux s’habituent vite aux bandes : les filets offrent une meilleure protection. Les bandes de couleur bleue semblent plus efficaces que les autres.

 

Barrières anti-limaces

Placées autour des jardins et des plate-bandes, elles les protègent efficacement contre les limaces, notamment en bordure des prairies. On trouve dans le commerce en ligne des grillages métalliques ou des clôtures électrifiées. Il faut veiller à ce que les plantes ou les mauvaises herbes ne dépassent pas la hauteur de la barrière.

 

Pièges à limaces

Des récipients, remplis de bière et enterrés de sorte que leur bord supérieur soit au niveau du sol, attirent les limaces. La bière doit être renouvelée fréquemment et protégée contre la pluie. On trouve aussi dans le commerce des pièges à limaces plus élaborés.

 

Ramassage des parasites

Une école de patience, mais une méthode très écologique !

 

Ramassage des parties de plantes atteintes

Cette méthode peut empêcher la dissémination des maladies cryptogamiques (par exemple, oïdium des arbres fruitiers) et la multiplication de divers ravageurs (pucerons, chenilles,…).

 

Bandes-pièges

Les bandes pièges sont mises autour des troncs des arbres fruitiers. Elles sont conçues de manière à constituer un refuge pour différents types d’insectes. Lorsque les bandes sont enlevées et détruites au bon moment, c’est-à-dire avant que les insectes ne les aient quittées, on se débarrasse des insectes qui s’y sont cachés. On remarquera que les coccinelles et les forficules ne sont pas détruites, mais restent sur les arbres.

 

Faire soi-même sa bande-piège à insectes simple

  • Prendre une bande de carton ondulé de 10cm de largeur
  • La recouvrir sur ses deux faces de papier goudronné ou de plastique
  • On badigeonnera éventuellement de glu, mais il y a un danger pour les oiseaux
  • La fixer sur le tronc

Les insectes se réfugient dans les ondulations du carton, et on se débarrasse de la bande avec les insectes avant qu’ils n’en partent.

On pose les bandes an mars-avril contre l’anthonome du pommier, en fin mai contre le carpocapse.

 

Faire soi-même son piège à carpocapses

  • Prendre une bande de papier fort (20 cm de large)
  • Y coller de la fibre de la fibre de bois
  • Recouvrir la face externe d’un matériau résistant à l’humidité, par exemple du plastique
  • Plier le bord supérieur vers l’intérieur
  • Fixer solidement la bande au tronc

La bande de papier doit rester ouverte à sa partie inférieure, pour permettre aux insectes de s’y introduire. On peut ainsi capturer une partie des larves.

 

Anneaux de glu

Des anneaux de glu sont mis autour des troncs, pour attraper les insectes (par exemple, les cheimatobies) qui montent et descendent le long des troncs. Sur les arbres adultes, on peut mettre la glu directement sur le tronc. On polit l’écorce sur une largeur de 10 cm et on l’enduit de glu.

Pour les jeunes arbres, on fixe solidement sur le tronc, en haut et en bas, une bande de papier fort de 15 cm de largeur. Les bandes de papier doivent bien adhérer au tronc. Pour éviter que la glu ne tombe, on relève la partie inférieure du papier pendant que l’on badigeonne. Les anneaux de glu ne doivent être laissés sur les arbres que de septembre à décembre. Les insectes attrapés par la glu peuvent étouffer les oiseaux qui les absorbent.

 

Recettes de glu :

Recette 1
  • 700 g de goudron de bois
  • 50 g de colophane
  • 500 g de savon noir
  • 300 g d’huile de poisson

Chauffer le goudron et la colophane au bain-marie, remuer jusqu’à obtention d’un mélange homogène, puis ajouter le savon et l’huile et continuer à remuer jusqu’à ce que le mélange soit refroidi.

Recette 2
  • 2.500 g d’huile de colza
  • 200 g de saindoux
  • 200 g de térébenthine
  • 200 g de colophane

Faire cuire l’huile et le saindoux jusqu’à réduction aux deux tiers. Ajouter la térébenthine et la colophane en continuant à remuer. Le produit obtenu doit pouvoir être facilement appliqué au pinceau.

 

On trouve également dans le commerce des bandes de glu et de la glu en bombes. La glu vendue pour les pièges à mouche de la cerise peut également être utilisée.

 

Pulvérisation d’eau chaude et d’eau froide contre les insectes ravageurs

La pulvérisation répétée d’un jet puissant d’eau froide sur les parties atteintes peut suffire à lutter contre les pucerons.

La pulvérisation d’eau chaude, méthode utilisée depuis plusieurs décennies, s’avère efficace contre les pucerons, le puceron lanigère, les araignées rouges, etc. L’eau doit être ) 45°C lorsqu’elle atteint les parasites. Des températures plus élevées détruisent les tissus végétaux.

 

Dans la même thématique

Comment lutter contre les maladies cryptogamiques ... Il n'est guère possible, même en agriculture biologique, de se passer de moyens spécifiques pour lutter contre les maladies, surtout en viticulture et...
Le désherbage thermique Finies les corvées de désherbage ? Adieu binette et sarcloir ? Existe-t-il une manière élégante de contrôler les mauvaises herbes qui envahissent une ...
La gestion des mauvaises herbes en bio   Les mauvaises herbes  On devrait parler d' "herbes spontanées des cultures" plutôt que de "mauvaises herbes". Les aspec...
Le repiquage et la plantation Le repiquage et la plantation sont deux opérations très semblables, qui consistent à arracher une plante et à la replanter ailleurs. Le terme « planta...

Pin It on Pinterest

Share This